« Feu et sang », partie 1, de George R.R. Martin : quand un monde éclaire la nuit

Ayant déjà dévoré tous les livres du monumental projet composant « Le trône de fer » et étant frustré comme beaucoup de devoir attendre la suite depuis 2014 (sans pour autant bouder mon plaisir devant la série télévisée qui m’a globalement enchanté, même si, comme beaucoup, j’ai été un peu déçu par ses deux dernières saisons, moinsLire la suite « « Feu et sang », partie 1, de George R.R. Martin : quand un monde éclaire la nuit »

« Quarantaine » de Peter May ou la revanche de Cassandre

Au-delà de son sujet d’une actualité brûlante, je me suis surtout intéressé à ce livre par le biais de son auteur, Peter May, dont j’ai beaucoup apprécié la trilogie écossaise et notamment « L’île des chasseurs d’oiseaux », une petite pépite qui parvient à rassembler toutes les qualités que je recherche dans un roman policier : la découverteLire la suite « « Quarantaine » de Peter May ou la revanche de Cassandre »

L’ange de Munich, de Fabiano Massimi : le diable se niche dans les détails.

Intéressé depuis longtemps par la montée du nazisme et ses conséquences tragiques, la parution de ce roman a attiré tout de suite mon attention. D’autant plus que je me sens orphelin depuis la disparition précoce de Philip Kerr et avec lui son héros récurrent, l’inspecteur Bernie Gunther, que j’ai eu le plaisir de suivre dansLire la suite « L’ange de Munich, de Fabiano Massimi : le diable se niche dans les détails. »

Dolores Redondo, « La face nord du cœur » ou l’effroi du solo intégral.

Plantons rapidement le décor pour pouvoir ensuite parler de l’essentiel : tout débute par l’évocation d’un épisode traumatique vécue, dans sa jeunesse, par Amaia Salazar, à la fois héroïne de cette histoire et policière bénéficiant d’une intuition digne des plus grands enquêteurs. Entre parenthèses, ce point est intéressant, car par la suite le récit ne cessera deLire la suite « Dolores Redondo, « La face nord du cœur » ou l’effroi du solo intégral. »

« Séquences mortelles » de Michaël Connelly : un bon chasseur connaît sa proie.

Depuis plus de vingt ans, Michaël Connelly m’accompagne et maltraite les tablettes de ma bibliothèque. Je ne m’en cache pas, chacune de ses parutions est pour moi un évènement et je ne manque jamais de me la procurer pour m’empresser de rejoindre son univers. J’apprécie particulièrement toute la série des Harry Bosch, bien entendu, maisLire la suite « « Séquences mortelles » de Michaël Connelly : un bon chasseur connaît sa proie. »

« Leur âme au diable » de Marin Ledun : le plus dur, c’est la première…

Sur deux décennies débutant au milieu des années quatre-vingt, Marin Ledun nous propose un roman noir et policier autour du commerce des cigarettes manufacturées et de ses enjeux (financiers et sanitaires). Exprimé ainsi, le sujet peut sembler un poil rébarbatif, d’autant plus pour l’ancien fumeur que je suis et qui n’a réussi, pour l’instant, àLire la suite « « Leur âme au diable » de Marin Ledun : le plus dur, c’est la première… »

« Dans l’ombre du brasier » de Hervé Le Corre : mais il est bien court, le temps des cerises…

Roman noir, épique et tragique, enquête policière, odyssée infernale et hallucinée, récit historique évoquant une guerre civile doublée d’une révolution avortée, « Dans l’ombre du brasier » rassemble tous ces qualificatifs et bien plus. Dans ce livre sorti deux ans trop tôt, comme pour jouer les éclaireurs dans les commémorations de la Commune, Hervé Le Corre mobiliseLire la suite « « Dans l’ombre du brasier » de Hervé Le Corre : mais il est bien court, le temps des cerises… »

La machine Ernetti, de Roland Portiche : l’antidote idéal à la claustrophobie !

Aujourd’hui, je vous propose un pas de côté en abordant ce roman qui parvient à mêler les codes du thriller, de la science-fiction, de la littérature historique et du fantastique. Ça fait beaucoup, me direz-vous, mais Roland Portiche possède un talent indéniable pour brouiller les pistes, géographiques comme temporelles, pour nous offrir un livre quiLire la suite « La machine Ernetti, de Roland Portiche : l’antidote idéal à la claustrophobie ! »

« Traverser la nuit » de Hervé Le Corre : l’insoutenable attente de l’aube…

Justesse dans les descriptions du quotidien, choix des mots toujours pertinent, dans une écriture impeccable Hervé Le Corre patine son récit d’une ambiance noire, très noire, un long tunnel dépressif. Une nuit sans fin engloutit les trois protagonistes principaux, d’abord le flic, Jourdan, dont le métier a dévoré l’âme, et puis Louise, la jeune femmeLire la suite « « Traverser la nuit » de Hervé Le Corre : l’insoutenable attente de l’aube… »

Lëd de Caryl Férey : le noir frappé glacé !

Un livre de Caryl Férey offre toujours un voyage. Cette fois, l’auteur quitte l’Amérique latine pour tourner son regard vers l’est, la Russie, puis prend la direction du Grand Nord et la ville de Norilsk, en Sibérie. La découverte de cet univers industriel et pétrifié par le froid représente à mon sens un des intérêtsLire la suite « Lëd de Caryl Férey : le noir frappé glacé ! »

%d blogueurs aiment cette page :