« Cemetery Road » de Greg Iles : emporté par la sombre puissance du Mississippi

Après la trilogie de Brasier Noir, Greg Iles est devenu un de mes auteurs incontournables et je n’ai donc pas hésité à me procurer son dernier roman dès sa parution. Comme attendu, ce pavé de 768 pages m’a offert suffisamment de combustible pour visiter le sud des États-Unis (ici le Mississippi) pendant une bonne partieLire la suite « « Cemetery Road » de Greg Iles : emporté par la sombre puissance du Mississippi »

« Le Jour où Kennedy n’est pas mort » de R. J. Ellory : la chronique d’une mort évitée

Je sors de mon premier roman de R. J. Ellory avec un avis mitigé. Pourtant, l’idée de départ est entraînante : John F. Kennedy étant toujours en vie après la date fatidique du 22 novembre 1963, le jour de son assassinat, ce livre se définit rapidement comme une uchronie et ce mystère suscite d’emblée l’intérêt. OnLire la suite « « Le Jour où Kennedy n’est pas mort » de R. J. Ellory : la chronique d’une mort évitée »

« Marseille 73 », de Dominique Manotti : les racines de la haine

Je découvre Dominique Manotti avec ce livre et c’est un coup de foudre ! Une conclusion s’impose : comment ai-je pu passer à côté de cette écrivaine pendant tout ce temps ? Associée à une évidence : j’ai maintenant du pain sur la planche pour rattraper mon retard, mais ce n’est pas pour me déplaire… Chouette ! Une nouvelle galaxieLire la suite « « Marseille 73 », de Dominique Manotti : les racines de la haine »

« La tempête qui vient », de James Ellroy : ce désastre qui ensauvage…

Un roman d’Ellroy vous marque à jamais. Pour moi, ce fut le cas avec « Un tueur sur la route », « Le Dahlia noir », ou encore « American tabloïd », entre autres… Et le phénomène s’est répété avec « La tempête qui vient », même si j’ai commis un sacrilège en le lisant avant « Perfidia », le premier livre de sa nouvelleLire la suite « « La tempête qui vient », de James Ellroy : ce désastre qui ensauvage… »

« Quarantaine » de Peter May ou la revanche de Cassandre

Au-delà de son sujet d’une actualité brûlante, je me suis surtout intéressé à ce livre par le biais de son auteur, Peter May, dont j’ai beaucoup apprécié la trilogie écossaise et notamment « L’île des chasseurs d’oiseaux », une petite pépite qui parvient à rassembler toutes les qualités que je recherche dans un roman policier : la découverteLire la suite « « Quarantaine » de Peter May ou la revanche de Cassandre »

L’ange de Munich, de Fabiano Massimi : le diable se niche dans les détails.

Intéressé depuis longtemps par la montée du nazisme et ses conséquences tragiques, la parution de ce roman a attiré tout de suite mon attention. D’autant plus que je me sens orphelin depuis la disparition précoce de Philip Kerr et avec lui son héros récurrent, l’inspecteur Bernie Gunther, que j’ai eu le plaisir de suivre dansLire la suite « L’ange de Munich, de Fabiano Massimi : le diable se niche dans les détails. »

Dolores Redondo, « La face nord du cœur » ou l’effroi du solo intégral.

Plantons rapidement le décor pour pouvoir ensuite parler de l’essentiel : tout débute par l’évocation d’un épisode traumatique vécue, dans sa jeunesse, par Amaia Salazar, à la fois héroïne de cette histoire et policière bénéficiant d’une intuition digne des plus grands enquêteurs. Entre parenthèses, ce point est intéressant, car par la suite le récit ne cessera deLire la suite « Dolores Redondo, « La face nord du cœur » ou l’effroi du solo intégral. »

« Séquences mortelles » de Michaël Connelly : un bon chasseur connaît sa proie.

Depuis plus de vingt ans, Michaël Connelly m’accompagne et maltraite les tablettes de ma bibliothèque. Je ne m’en cache pas, chacune de ses parutions est pour moi un évènement et je ne manque jamais de me la procurer pour m’empresser de rejoindre son univers. J’apprécie particulièrement toute la série des Harry Bosch, bien entendu, maisLire la suite « « Séquences mortelles » de Michaël Connelly : un bon chasseur connaît sa proie. »

« Leur âme au diable » de Marin Ledun : le plus dur, c’est la première…

Sur deux décennies débutant au milieu des années quatre-vingt, Marin Ledun nous propose un roman noir et policier autour du commerce des cigarettes manufacturées et de ses enjeux (financiers et sanitaires). Exprimé ainsi, le sujet peut sembler un poil rébarbatif, d’autant plus pour l’ancien fumeur que je suis et qui n’a réussi, pour l’instant, àLire la suite « « Leur âme au diable » de Marin Ledun : le plus dur, c’est la première… »

« Dans l’ombre du brasier » de Hervé Le Corre : mais il est bien court, le temps des cerises…

Roman noir, épique et tragique, enquête policière, odyssée infernale et hallucinée, récit historique évoquant une guerre civile doublée d’une révolution avortée, « Dans l’ombre du brasier » rassemble tous ces qualificatifs et bien plus. Dans ce livre sorti deux ans trop tôt, comme pour jouer les éclaireurs dans les commémorations de la Commune, Hervé Le Corre mobiliseLire la suite « « Dans l’ombre du brasier » de Hervé Le Corre : mais il est bien court, le temps des cerises… »

%d blogueurs aiment cette page :