« La tempête qui vient », de James Ellroy : ce désastre qui ensauvage…

Un roman d’Ellroy vous marque à jamais. Pour moi, ce fut le cas avec « Un tueur sur la route », « Le Dahlia noir », ou encore « American tabloïd », entre autres… Et le phénomène s’est répété avec « La tempête qui vient », même si j’ai commis un sacrilège en le lisant avant « Perfidia », le premier livre de sa nouvelleLire la suite « « La tempête qui vient », de James Ellroy : ce désastre qui ensauvage… »

%d blogueurs aiment cette page :