« Cemetery Road » de Greg Iles : emporté par la sombre puissance du Mississippi

Après la trilogie de Brasier Noir, Greg Iles est devenu un de mes auteurs incontournables et je n’ai donc pas hésité à me procurer son dernier roman dès sa parution. Comme attendu, ce pavé de 768 pages m’a offert suffisamment de combustible pour visiter le sud des États-Unis (ici le Mississippi) pendant une bonne partieLire la suite « « Cemetery Road » de Greg Iles : emporté par la sombre puissance du Mississippi »

« La Forêt sombre » de Liu Cixin : pour vivre heureux, vivons cachés !

Avertissement : cet article concerne la suite du roman « Le problème à trois corps » à qui j’ai consacré la première chronique postée sur ce blog (un peu trop courte, je ne le réalise que maintenant au regard de mes partages postérieurs : voilà pourquoi je vais tenter de me rattraper…). Si vous n’avez pas lu ce premierLire la suite « « La Forêt sombre » de Liu Cixin : pour vivre heureux, vivons cachés ! »

« Le Jour où Kennedy n’est pas mort » de R. J. Ellory : la chronique d’une mort évitée

Je sors de mon premier roman de R. J. Ellory avec un avis mitigé. Pourtant, l’idée de départ est entraînante : John F. Kennedy étant toujours en vie après la date fatidique du 22 novembre 1963, le jour de son assassinat, ce livre se définit rapidement comme une uchronie et ce mystère suscite d’emblée l’intérêt. OnLire la suite « « Le Jour où Kennedy n’est pas mort » de R. J. Ellory : la chronique d’une mort évitée »

« Marseille 73 », de Dominique Manotti : les racines de la haine

Je découvre Dominique Manotti avec ce livre et c’est un coup de foudre ! Une conclusion s’impose : comment ai-je pu passer à côté de cette écrivaine pendant tout ce temps ? Associée à une évidence : j’ai maintenant du pain sur la planche pour rattraper mon retard, mais ce n’est pas pour me déplaire… Chouette ! Une nouvelle galaxieLire la suite « « Marseille 73 », de Dominique Manotti : les racines de la haine »

« La tempête qui vient », de James Ellroy : ce désastre qui ensauvage…

Un roman d’Ellroy vous marque à jamais. Pour moi, ce fut le cas avec « Un tueur sur la route », « Le Dahlia noir », ou encore « American tabloïd », entre autres… Et le phénomène s’est répété avec « La tempête qui vient », même si j’ai commis un sacrilège en le lisant avant « Perfidia », le premier livre de sa nouvelleLire la suite « « La tempête qui vient », de James Ellroy : ce désastre qui ensauvage… »

« Apocalypse – Noir » de Koz : l’irruption de l’impossible

Publié sous un pseudonyme, ce roman se pare d’un voile de mystère qui lui va bien (cela dit, une simple recherche sur Google peut rapidement nous apprendre qu’il s’agit en fait d’Erwan Le Morhedec, un individu engagé en compagnie de qui j’ai peu de chances de battre le pavé…). Premier tome d’une série dont l’ambitionLire la suite « « Apocalypse – Noir » de Koz : l’irruption de l’impossible »

« L’Outsider », de Stephen King ou la malédiction du double

Cette lecture m’a permis de retrouver l’univers de Stephen King que je ne me lasse pas de visiter depuis mon adolescence. Mes romans préférés ? Je pense tout de suite à Dead zone, Le Fléau, Simetierre et Carrie pour les plus anciens, puis à Dreamcatcher et 22/11/63 dans ce millénaire. Bien entendu, je n’oublie pas Ecritures :Lire la suite « « L’Outsider », de Stephen King ou la malédiction du double »

« Feu et sang », partie 1, de George R.R. Martin : quand un monde éclaire la nuit

Ayant déjà dévoré tous les livres du monumental projet composant « Le trône de fer » et étant frustré comme beaucoup de devoir attendre la suite depuis 2014 (sans pour autant bouder mon plaisir devant la série télévisée qui m’a globalement enchanté, même si, comme beaucoup, j’ai été un peu déçu par ses deux dernières saisons, moinsLire la suite « « Feu et sang », partie 1, de George R.R. Martin : quand un monde éclaire la nuit »

« Quarantaine » de Peter May ou la revanche de Cassandre

Au-delà de son sujet d’une actualité brûlante, je me suis surtout intéressé à ce livre par le biais de son auteur, Peter May, dont j’ai beaucoup apprécié la trilogie écossaise et notamment « L’île des chasseurs d’oiseaux », une petite pépite qui parvient à rassembler toutes les qualités que je recherche dans un roman policier : la découverteLire la suite « « Quarantaine » de Peter May ou la revanche de Cassandre »

L’ange de Munich, de Fabiano Massimi : le diable se niche dans les détails.

Intéressé depuis longtemps par la montée du nazisme et ses conséquences tragiques, la parution de ce roman a attiré tout de suite mon attention. D’autant plus que je me sens orphelin depuis la disparition précoce de Philip Kerr et avec lui son héros récurrent, l’inspecteur Bernie Gunther, que j’ai eu le plaisir de suivre dansLire la suite « L’ange de Munich, de Fabiano Massimi : le diable se niche dans les détails. »

%d blogueurs aiment cette page :